• Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    30 millions de pauvres aidés dans le monde

  • Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    "Je voudrais enserrer le monde dans un réseau de charité" (Frédéric Ozanam)

Retour à la liste des actualités

Bénin : Les écoliers ont les pieds au sec

09 novembre 2015 Initiatives

Bénin : Les écoliers ont les pieds au sec

De nombreux écoliers à travers le monde dépassent bien des obstacles pour se rendre à l’école. Parmi eux, des petits béninois subissaient les affres des crues régulières, avant la création d’ingénieuses passerelles.
Par François Kerner, Vincentien

Pour se rendre à l’école, les enfants de Sô-Tchanhoué, au sud du Bénin empruntent la grande pirogue de ramassage scolaire. Ils sont 200, à venir de tous les villages environnants pour se rendre l’école primaire « Saint Vincent de Paul », fondée par la Société de Saint-Vincent-de-Paul Bénin. L’école est implantée au cœur d’une vaste cité lacustre. Les six classes sont réparties dans deux bâtiments distants l’un de l’autre d’une centaine de mètres. Par chance, pendant la saison sèche, les enfants peuvent aller à pied sec de l’embarcadère au premier bâtiment de l’école, puis d’un bâtiment à l’autre. Mais pendant la saison des pluies, l’eau recouvre l’ensemble des terrains. Les écoliers et les instituteurs doivent alors emprunter de frêles passerelles de branchages, peu fiables. Les écoliers sont contraints de marcher dans l’eau et la boue pour aller et venir, ou se rendre aux sanitaires.

En novembre 2012, des bénévoles de la SSVP France, membres de l’équipe de jumelage entre les deux pays, appelée « Pôle Bénin », se sont rendus sur place. C’était une période de petite crue, où ils ont pu tester, à leurs risques et périls, la fragilité des chemins de branchages pour accéder à l’école. C’est ainsi qu’il leur est venu l’idée de lancer la construction de passerelles en dur. L’équipe a alors pris de multiples contacts et demandé plusieurs devis. Grâce à l’implication des parents d’élèves qui réalisaient eux-mêmes certains travaux, le coût fut évalué à 10 500 euros. La Fondation « Talents et Partage » de la Société Générale a généreusement financé plus de 60 % de cette somme ! Le solde a été pris en charge par le Pôle Bénin et la Conférence de la SSVP Saint-François-des-Odons de Caen.

Ces passerelles ont été conçues pour résister longtemps aux assauts des crues. Elles relient maintenant entre eux l’embarcadère, les deux bâtiments et les sanitaires. La sécurité des enfants est sensiblement améliorée : les risques de maladies transmises par les eaux stagnantes sont désormais réduits. Mission (presque) accomplie ! La réalisation des tabliers définitifs et des garde-corps est bientôt terminée !

40 Conférences de la SSVP France sont jumelées avec la SSVP Bénin. Elles élaborent ensemble des projets, travaillent à en trouver les financements et parrainent ces réalisations.