• Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    30 millions de pauvres aidés dans le monde

  • Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    "Je voudrais enserrer le monde dans un réseau de charité" (Frédéric Ozanam)

Retour à la liste des actualités

Lectures du Dimanche 24 décembre

18 décembre 2017 Actualités du CGI

Lectures du Dimanche 24 décembre

Semaine du 18 décembre 2017 (référence : lectures du dimanche 24 décembre)

4ème Dimanche d’Avent - Lectures : Rm 16,25-27 ; Luc 1, 26-38

« Réjouis-toi, pleine de Grâce, le Seigneur est avec toi »

Réflexion vincentienne

Lorsque je lis l’Évangile de l’Annonciation (texte de Luc de cette semaine), je me demande toujours ce que je ferais si, tout à coup, un ange apparaissait devant ma fille, ou une jeune amie en disant des choses comme « Réjouis-toi, pleine de Grâce, le Seigneur est avec toi ».

Marie, évidemment, « fut troublée par ces mots et commença à réfléchir sur la signification de cette salutation ». Je crois que je n’écouterais pas et que je penserais que ma fille, ou la jeune amie, souffre d’un type de folie. Je pense qu’une personne normale réagirait ainsi.

Imaginons que l’ange poursuit en disant : « ne crains point, car tu as trouvé grâce devant Dieu ». Évidemment elle aurait peur ! Marie également a eu peur, mais peu à peu, de par sa simplicité et sa jeunesse, elle analysa ce qu’elle avait entendu.

Mais le pire était encore à venir… l’ange lui dit que sa vie serait transformée pour toujours : « Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin ». Maintenant oui, la folie semble évidente… Marie était une adolescente et l’ange lui dit qu’elle aurait un fils sans « connaître » d’homme et que le fils serait un roi plus grand que tous les rois. Si ceci avait lieu, tous ses rêves de mariage normal seraient détruits. Les gens ne la regarderaient plus de la même façon: elle serait discriminée. L’ange termine en disant que sa conception serait faite par « le Saint Esprit qui viendrait sur elle et apporterait la puissance du Très-Haut et que son fils s’appellerait ‘Saint, Fils de Dieu’ ».

Pour que Marie puisse le croire véritablement, l’ange lui donne un signe physique, facile à vérifier. Il était très difficile d’y croire et Marie avait besoin d’un signe visible. Il lui communique qu’Isabelle, membre de sa famille, a également conçu un fils, mais dans des conditions humainement impossibles, car elle était stérile. Devant ces mots et ces signes, Marie n’a eu qu’une réponse. Elle ne pouvait dire non à l’ange; elle ne pouvait plus penser à ses rêves de jeune fille. Sa réponse fut une adhésion totale au plan de Dieu : « voici la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ! ».

Combien de fois Dieu a-t-il communiqué avec nous, nous demandant de nous convertir, de changer de vie! Combien de fois les messages nous ont paru fous: ne pas se venger d’une offense, prier pour ceux qui nous font du mal, croire que Dieu finalement se manifestera, ne pas éprouver de peur devant les défis de l’évangélisation vincentienne. Tout ça semble fou, mais Dieu continue à nous prévenir, il continue à nous solliciter, de façon très bizarre, grâce à des anges qui se montrent sur notre chemin, grâce aux pauvres que nous servons, grâce aux prêtres qui nous parlent dans les homélies, grâce aux textes que nous lisons, ou même grâce aux souffrances qui nous sont imposées et qui sont très différentes des rêves que nous avions pour notre chemin de vie.

Quelles réponses donnons-nous jusqu’à présent à ces « messages fous »? Quelles réponses nous leur donnerons dans l’avenir? Nos réponses pourraient être plus proches de celle de Marie, lorsqu’elle a vécu la même expérience et dit ‘oui’ au plan de Dieu. Dans nos prières, demandons à Marie qu’elle nous montre comment elle a dit ‘oui’, comment elle n’a pas eu peur de se risquer à éprouver le changement, lorsqu’elle a réagi positivement à un message de conversion, de sainteté et de dévouement total envers son Fils.